L’histoire

L’aventure commence à l’aurore ¹

Le 21 décembre 2017 a marqué le nouveau départ d’aventures initiées il y a 35 ans dans une petite cour du quartier de la gare. En 1983, il y avait alors au 10 rue Dalmatie un grand hangar, un garage et une toulousaine.

A cette époque Régis Soavi et Tania Soavi Claudin étaient à la recherche d’un local pour y faire un dojo. Ils se promènent, voient cette cour, ce sera là.

Après la signature d’un bail commercial et des mois de travaux intenses, le hangar devint un dojo dédié à la pratique de l’Aïkido et du Katsugen Undo (mouvement régénérateur).

 

cour004

Quelques mois plus tard, dans la toulousaine naquît « Le Jardin Floréal », un lieu de rencontre pour les enfants. Dans les années 90, deux associations virent également le jour : un atelier de peinture Arno Stern « L’eau qui court », et un atelier de musique en clair Jacques Grey « La musique buissonnière ». Ces espaces hors du commun ont disparu quelques années plus tard mais ont marqué ceux qui les ont connus. La maison sera alors relouée à des particuliers.

Le dojo n’a jamais cessé son activité ; depuis plus de trente ans, chaque matin, à l’aurore, quelques personnes dont le nombre varie au fil des années se retrouvent au dojo Yuki Ho pour pratiquer.

En 2016, coup de tonnerre dans la tranquillité de cette petite cour : les propriétaires nous annoncent leur souhait de vendre l’ensemble des locaux. Le lot est exceptionnel, le coût très élevé, et les promoteurs intéressés sont nombreux ! Nous sommes une association, avec une modeste trésorerie, mais nous ne pouvons imaginer que ce lieu disparaisse. Il faut donc rêver, puis imaginer des solutions, les mettre en commun…les discussions sont parfois houleuses, mais au fil des mois le projet prend forme : si nous parvenions à acheter les locaux, ce serait l’occasion de créer un centre, de réunir les pratiques qui nous tiennent à cœur. Dans cet univers il y aurait le dojo et, à nouveau, un atelier du Jeu de Peindre et un lieu de rencontre pour les enfants.

Du rêve à la réalité la magie n’opère pas immédiatement !

Il a donc fallu beaucoup de travail, rassembler des personnes, faire des recherches, monter des dossiers… et le 21 décembre 2017 à 9h30 nous étions chez le notaire pour signer l’achat du lot ; les locaux sont sauvés !

Ce n’était qu’une première étape, car si le dojo « Yuki Ho » était bien installé depuis plus de trente ans au 10 rue Dalmatie, l’atelier du Jeu de Peindre Arno Stern « l’Éclos » et l’espace pour les enfants « La Lisière » étaient depuis quatre dans un petit local de la Côte Pavée. Il s’agissait désormais de préparer le garage et la toulousaine du fond de la cour pour qu’ils rejoignent le projet 10 Dalmatie courant septembre 2018. Ce n’était pas une mince affaire car les locaux étaient charmants mais vétustes et le budget très limité. Là encore, c’est la mobilisation collective qui nous a sauvés.

D’avril à septembre, un énorme chantier a réuni les membres des différentes associations, des proches, des bénévoles et professionnels touchés par le projet. Nous avons vécu des journées intenses où tout s’entremêlait : plomberie, charpente, récupération de matériaux, couture, peinture, intendance (nous avons partagé des repas de chantier mémorables), nettoyage… Après cinq mois hors du temps, baignés dans une ambiance où l’individuel et le collectif se rejoignent, grâce à la participation de chacun, à quelques bonnes surprises et après en avoir traversé quelques mauvaises sans se décourager, le gros du chantier est terminé ! Dans l’élan, « l’Éclos » et la « Lisière » ont emménagé et commencé leurs activités début septembre.

 

_DSC9623web.jpg

Depuis, l’aventure continue ; l’association « La Lanterne » a commencé ses activités courant octobre, les différents lieux se remplissent, s’améliorent au fil des besoins, plus discrètement mais avec la même énergie. Chaque jour, le 10 Dalmatie se réaménage, puise dans le passé et sème des graines pour l’avenir.

 

¹ Jacques Brel, 1958